Henri Tournier fait parti de ces musiciens occidentaux fascinés par la musique de l’Inde, qui en sont devenu, après un long parcours, les ambassadeurs passionnés. Il explore depuis des décennies les possibilités de la flûte bansuri, autant dans son contexte celui de la musique classique de l’Inde du nord, que dans celui des musiques du monde et celui de la musique contemporaine occidentale.

Vers le perpétuel mouvement d’apprentissage d’une double-culture, Henri Tournier a été qualifié de “multi-flûtiste” par un ethnologue pour sa capacité à passer d’une culture à l’autre, d’un style à l’autre, des flûtes traversières occidentales aux flûtes bansuri.